MCS Sensibilité Chimique Multiple

 

 

 

 

La sensibilité chimique multiple (MCS) est actuellement incluse dans la définition plus large de l’intolérance environnementale idiopathique (IEI), qui inclut également les facteurs de risque physiques tels que les champs électromagnétiques. C’est une maladie complexe, un trouble multisystémique qui se manifeste par l’exposition à divers contaminants de l’environnement (solvants, hydrocarbures, organophosphorés, métaux lourds) à des concentrations inférieures à la «valeur seuil» qui sont considérées comme des doses toxiques pour la santé en général. population.

Au début des années 50, l’allergologue Theron G. Randolph  été le premier à noter que certains patients sont tombés malades après avoir été exposés à un large éventail de substances, liées au travail, environnementales ou à des concentrations inférieures à celles observées. considéré toxique pour la plupart des individus. Le Dr Randolph et ses collègues ont spéculé sur la possibilité de réactions allergiques et de dérèglements pour expliquer les symptômes attribués au SCS. On considère qu’une exposition chronique à des doses sous-toxiques, ainsi que toute exposition aiguë, peut, chez certaines personnes présentant peut-être une prédisposition métabolique et génétique particulière, conduire à un processus progressif de sensibilisation aux substances.

Toutefois, en raison de la difficulté de trouver des marqueurs de diagnostic uniques et incontestables, du syndrome depuis les années 1960,  a été analysé sous différents aspects: métabolique, génétique, immunologique, épidémiologique, épidémiologique, étiologique, symptomatique, thérapeutique et critères de définition de cas. Actuellement, les critères de Cullen  avec ou sans révision de Lacour  et les critères consensuels de l’année 1999  sont les plus acceptés. Pour effectuer un premier examen, différents questionnaires sont utilisés: «Exposition environnementale et intolérance à la sensibilité» (EESI) ou sa version abrégée «Inventaire rapide de l’exposition et de la sensibilité environnementales» (QEESI),  –  «Questionnaire Huppe», «Échelle de sensibilité chimique pour l’hyperréactivité sensorielle» (CSS-SHR),  questionnaire allemand sur la sensibilité chimique et environnementale (CGES). 

Du point de vue des symptômes, certains experts de l’industrie ont rassemblé l’exemple non exhaustif suivant du cadre évolutif du syndrome présenté en Italie dans le projet de loi N 1922  :

Stade 0 – Tolérance: à ce stade, l’individu est normalement capable de s’adapter à l’environnement qui l’entoure, à moins que les limites fixées pour certaines substances dangereuses ne soient dépassées.

Étape 1 – Sensibilisation: cette étape peut être vécue à la suite d’une exposition chronique à de faibles doses et / ou après une exposition individuelle aiguë. Le patient peut se plaindre des troubles suivants: irritation cutanée, oculaire et des voies respiratoires, démangeaisons, fatigue, douleurs musculaires et articulaires, mal de tête, nausée, tachycardie, modification de la pression artérielle, problèmes d’équilibre, sensations de froid ou de fièvre, dyspnée, problèmes cognitifs et asthme, circulation périphérique insuffisante, troubles immunitaires et maladies gastro-intestinales, etc.

Stade 2Inflammation chronique liée à la charge de différents tissus, organes et systèmes. Développement de divers troubles détectables par des spécialistes: dermatite, vascularite, maladies immunitaires, endocriniennes, métaboliques, allergies alimentaires et environnementales (poussière, pollen, etc.), arthrite, colite, rhinite, dyspnée, asthme, fatigue musculaire, évanouissements, retards cognitifs, mauvaise circulation périphérique, saignements, etc. La persistance et l’aggravation de ce stade dépendent des expositions, de leur évitement et de la thérapie. Après une exposition, les symptômes peuvent persister et osciller pendant des jours, voire des semaines.

Stade 3 – Détérioration: une inflammation chronique provoque des lésions des tissus et des organes. Le système nerveux central (SNC), les reins, le foie, les poumons, le système immunitaire, circulatoire, vasculaire et cutané sont touchés. Le lupus, l’ischémie, l’insuffisance cardiaque, le cancer, l’auto-immunité, les syndromes neurodégénératifs et psychiatriques, les formes hémorragiques, la porphyrie sont les maladies les plus courantes à ce stade.

Étant donné que la plupart des produits chimiques impliqués sont des polluants environnementaux courants, il est pratiquement impossible de les éviter complètement et, par conséquent, les personnes atteintes de la maladie seront, selon le stade atteint, plus vulnérables que la population en général.

De plus, étant donné la difficulté du diagnostic, il est possible que ni les médecins ni les patients ne trouvent le lien de causalité entre les symptômes rapportés et les expositions au début. Le MCS ne pouvait donc pas être diagnostiqué en tant que tel et être confondu avec d’autres maladies.

Certains chercheurs tentent de déterminer si ce syndrome provoque une affection inflammatoire sans infections concomitantes, avec libération des médiateurs chimiques correspondants et dysrégulation du système immunitaire. Dans l’étude de Dantoft et al  les niveaux de 14 interleukines (IL) et de facteurs inflammatoires dans des échantillons de sang prélevés sur des individus danois ont été analysés. L’IL-1β, l’IL2–4–6, l’IL4 / IL13 et le facteur alpha de la nécrose tumorale sont augmentés par rapport aux témoins. Néanmoins, dans une étude de provocation  les mêmes auteurs n’ont trouvé aucune différence entre les concentrations de médiateurs inflammatoires détectées dans les liquides nasaux dans les cas de MCS et chez les témoins.

Les changements dans les niveaux de cytokines peuvent indiquer un processus inflammatoire qui n’est pas généré par le nez après une stimulation olfactive. Dans ce scénario, la sensibilité aux substances peut également être causée par différents polymorphismes impliqués dans la détoxification des xénobiotiques, ce qui peut entraîner une accumulation de substances oxydantes et des dommages ultérieurs. Dans certaines études,  ,  ,  polymorphismes variés de Cyp 450 (Cyp 2C9, Cyp 2C19, Cyp 2D6, etc.) ont été analysés, incluant également la glutathion transférase et la peroxydase (glutathion S-transférase M1, glutathion S-transférase T, glutathion S). -transférase P), l’aldéhyde déshydrogénase, la superoxyde dismutase (SOD 2 ) et la paraoxonase (PON1).  ,  Le polymorphisme SOD  et une variante spécifique de NOS  semblent être associés au syndrome et à des niveaux accrus de stress oxydatif. Le glutathion à la fois réduit et oxydé est diminué dans les cas de MCS et il existe également une modification du profil des cytokines  différente de celle observée dans l’étude de Dantoft et al.  Résultats controversés, positifs  et négatifs,  ont été observés pour certaines fréquences d’isoformes de Cyp. Caccamo et al  ont étudié la prévalence de certains haplotypes de la famille CYP450 (CYP2C9 * 2 et CYP2C9 * 3; CYP2C19 2 et CYP 2D6 ht) dans les cas de MCS, les cas suspects ou les patients atteints de fibromyalgie et de fatigue chronique et chez les témoins. Ils ont découvert une fréquence plus élevée des haplotypes mentionnés ci-dessus chez les patients atteints de MCS, qui pourraient être évalués, avec d’autres, comme facteur de risque possible de MCS.

L’étude récente de l’équipe de Gugliandolo et al  noté une diminution des niveaux de glutathion oxydé / réduit et de coenzyme Q10 et des dommages plus importants au niveau des lymphocytes chez les patients MCS que chez les témoins. Ces résultats ont permis de conclure à une augmentation du stress oxydatif due à la diminution de l’activité des enzymes de détoxification. Une augmentation de la concentration de radicaux libres et de peroxynitrite peut être détectée, avec libération ultérieure de cytokines.

 

RECONNAISSANCE INTERNATIONALE ET NATIONALE

Bien que le sujet soit toujours débattu en raison du manque d’uniformité dans l’opinion de la communauté scientifique, certains pays tels que l’Allemagne et l’Autriche et certaines agences et dispositions américaines telles que l’Environmental Protection Agency (EPA) et l’American Disability Act (ADA) ) ont reconnu cette pathologie.  IEI peut être codifié en tant qu’état clinique à l’aide de la «Classification internationale des maladies» de l’OMS, révision de l’année 2010 (CIM10), au moyen des codes suivants:

  • (1) J68.9: affections respiratoires non précisées dues à l’inhalation de fumées, de gaz et de vapeurs chimiques
  • (2) T78.4: allergies non précisées (réaction allergique – système à l’oxyde nitreux (NOS) – hypersensibilité NOS-idiosyncrasie NOS).

En raison de la nature non spécifique de ces codes, des difficultés de diagnostic et de la multiplicité des symptômes rapportés, seules des estimations épidémiologiques exploratoires peuvent être effectuées.

En Italie, les autorités sanitaires de différentes régions et le ministère de la Santé ont officiellement demandé un avis technico-scientifique à l’Institut national de la santé italien (ISS) afin d’établir des protocoles de prise en charge des patients présentant des symptômes liés au MCS. 

À partir de l’analyse de la littérature sur le sujet, le groupe de travail IIAAC / SCM a tiré les indications suivantes pour une voie diagnostique et thérapeutique:

  • (1) caractérisation des risques chimiques; examens cliniques, instrumentaux et de laboratoire; formulaires pour la description des sujets et pour un résumé des résultats du processus de diagnostic. Si nécessaire, le traitement doit être symptomatique conformément aux meilleures pratiques et à la médecine factuelle.
  • (2) encouragement de projets de recherche comprenant des essais cliniques contrôlés.

 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5794238/ 

https://www.ncbi.nlm.nih.gov/pmc/articles/PMC5794238/table/T1/?report=objectonly 

 

 

REVUES MEDICALES SUR LES ETUDES DES VACCINS

 

 

 

Les partenaires scientifiques bloquent régulièrement des données scientifiques significatives tout en fabriquant des études trompeuses sur les vaccins.

 

L’industrie des vaccins, ainsi que ses partenaires gouvernementaux et scientifiques, bloquent systématiquement toute science utile et élaborent des études trompeuses sur les vaccins.

Ils ne pourraient toutefois pas le faire sans avoir entraîné les revues médicales dans un marché avantageux pour les deux parties. Les sociétés pharmaceutiques fournissent des revues avec les revenus nécessaires et, en retour, les revues jouent un rôle clé dans la suppression des études qui soulèvent des questions cruciales sur les risques liés aux vaccins – qui menaceraient les profits.

La vérité derrière le vaccin contre la grippe

Lori Gregory, du Mom Street Journal, se joint à David Knight pour discuter de la tendance derrière le vaccin antigrippal, les cellules souches, et de son expérience pour mettre un terme aux vaccins obligatoires .

 

Une relation exclusive et dépendante

La publicité est l’un des moyens les plus manifestement bénéfiques de la « relation dépendante et exclusive » des revues médicales avec l’industrie pharmaceutique. Selon une analyse réalisée en 2006 dans  PLOS Medicine , les  médicaments et les dispositifs médicaux sont les seuls produits pour lesquels les journaux médicaux acceptent les publicités. Des études montrent que la publicité dans les journaux génère «le retour sur investissement le  plus élevé  de toutes les stratégies promotionnelles utilisées par les sociétés pharmaceutiques». L’industrie pharmaceutique accorde une « valeur particulièrement élevée» sur la publicité de ses produits dans des revues imprimées « parce que les revues atteignent les médecins – le » gardien entre les compagnies pharmaceutiques et les patients « .

Aux États-Unis, en 2012, les sociétés pharmaceutiques ont dépensé  24 milliards de dollars en marketing auprès des médecins, avec seulement 3 milliards de dollars consacrés à la publicité directe aux consommateurs. En 2015, toutefois, la publicité ciblant les consommateurs avait bondi à  5,2 milliards de dollars , une augmentation de 60% qui a récolté de nombreux avantages. En 2015, le vaccin Prevnar-13 de Pfizer était le huitième médicament le plus vendu au pays; Après le lancement de la campagne publicitaire intensive, la «notoriété» de Prevnar a augmenté de  plus de 1 500% en huit mois et «44% des consommateurs ciblés ont parlé à leurs médecins de la possibilité de se faire vacciner spécifiquement avec Prevnar». Des campagnes publicitaires ciblées ont également contribué à stimuler la participation. des vaccins « impopulaires » comme  Gardasil .

La publicité est un élément tellement établi du mode de fonctionnement des revues que des revues haut de gamme telles que  le New England Journal of Medicine  (NEJM) invitent hardiment les spécialistes du marketing médical à «faire de NEJM la  pierre angulaire  de leurs programmes de publicité», promettant «rien de plus sûr. les publicités médicales tirent parti des achats massifs de milliers de réimpressions de revues effectuées par les sociétés pharmaceutiques et du parrainage par l’industrie de souscriptions et de suppléments de revues.

En 2003, un rédacteur du  BMJ  a décrit les nombreuses façons dont la publicité des sociétés pharmaceutiques peut  favoriser les revues médicales  (et la pratique de la médecine) – ce qui est toujours vrai aujourd’hui. Par exemple:

  • Les fonds publicitaires permettent aux revues prestigieuses d’obtenir gratuitement des milliers d’exemplaires dans les mains des médecins, ce qui «presque certainement» a une incidence sur les ordonnances.
  • Les revues sont disposées à accepter même les publicités les plus trompeuses. La FDA a signalé de nombreux cas de violation de la publicité, y compris des annonces qui surestimaient l’efficacité d’un médicament ou en minimisaient les risques.
  • Les journaux garantiront des mentions éditoriales favorables sur un produit afin de gagner de l’argent en publicité pour une entreprise.
  • Les revues peuvent générer des frais substantiels pour la publication de suppléments même s’ils sont écrits par des «hackers de l’industrie» – et plus le contenu du supplément est favorable pour la société qui le finance, plus le profit de la revue est important.

À propos des essais cliniques, le  rédacteur en chef  du  BMJ a ajouté : «Les essais de grande envergure sont très utiles pour les revues dans la mesure où les médecins du monde entier veulent les voir et sont donc plus susceptibles de s’abonner aux revues qui les publient. De tels essais créent également beaucoup de publicité, et les journaux aiment la publicité. Enfin, les entreprises achètent un grand nombre de réimpressions de ces essais… et la marge bénéficiaire pour l’éditeur est énorme. Ces réimpressions sont ensuite utilisées pour commercialiser les médicaments auprès des médecins, et le nom du journal sur la réimpression est une partie vitale de cette vente. « 

 

Biais financé par l’industrie

Selon le  Journal de l’American Medical Association  (JAMA), près des  trois quarts  de tous les financements consacrés aux essais cliniques aux États-Unis – comprenant vraisemblablement des essais de vaccins – provenaient de sociétés commanditaires au début des années 2000. Le financement des études (et des chercheurs) par l’industrie pharmaceutique est un facteur qui aide à déterminer quelles études seront publiées et où. Comme l’a reconnu un chercheur de l’Université Johns Hopkins, le financement peut être biaisé – et même s’il est possible qu’un financement gouvernemental ou ministériel produise un biais, « la  pire source de biais  est financée par l’industrie ».

En 2009, les chercheurs ont publié une revue systématique de plusieurs centaines d’  essais de vaccins antigrippaux . Notant « des doutes grandissants quant à la validité des preuves scientifiques sous-tendant les recommandations de la politique en matière de [vaccin antigrippal] », les auteurs ont montré que les études favorables au vaccin étaient « de qualité méthodologique nettement inférieure »; Cependant, même ces études de mauvaise qualité, lorsqu’elles sont financées par l’industrie pharmaceutique, retiennent beaucoup plus l’attention que les études équivalentes non financées par l’industrie. Les auteurs ont commenté:

Les [études] parrainées par l’industrie avaient une plus grande visibilité car elles étaient plus susceptibles d’être publiées par des revues à fort impact et susceptibles de recevoir une plus grande visibilité par les médias scientifiques et profanes internationaux, malgré leur qualité et leur taille méthodologiques apparemment équivalentes par rapport aux études avec autres bailleurs de fonds.

Dans leur discussion, les auteurs ont également expliqué comment les vastes ressources de l’industrie permettent  une diffusion somptueuse et stratégique de résultats favorables . Par exemple, les entreprises distribuent souvent des résumés et des réimpressions (traduits dans diverses langues) «coûteux» aux «décideurs, conseillers et chercheurs locaux», tout en bloquant systématiquement leurs études lors de colloques et de conférences.

Les normes de l’Organisation mondiale de la santé décrivent la communication des résultats des essais cliniques comme une «responsabilité scientifique, éthique et morale ». Cependant, il apparaît que près de la moitié des résultats des essais cliniques ne sont  pas déclarés, enparticulier lorsque leurs résultats sont négatifs. Un responsable européen impliqué dans l’évaluation du médicament a qualifié le problème de  » généralisé « , citant à titre d’exemple la suppression par GSK des résultats de quatre essais cliniques concernant un médicament contre l’anxiété, alors que ces résultats montraient un risque accru de suicide chez les enfants et les adolescents. Les experts avertissent que «des études non publiées donnent une image  incomplète et potentiellement trompeuse des risques et des avantages  des traitements».

 

Résultats dégradés et biaisés

«L’association significative entre les sources de financement et  les conclusions favorables à l’industrie » peut se manifester de différentes manières, notamment par  des biais méthodologiques  et une  dégradation  des plans d’étude et des stratégies analytiques. Les biais peuvent être présents sous la forme de tailles d’échantillons inadéquates, de courtes périodes de suivi, de placebos ou de comparaisons inappropriées, de l’utilisation de critères de substitution incorrects, d’analyses statistiques inappropriées ou de « présentations trompeuses de données ».

De temps en temps, des journalistes de haut niveau dénoncent la corruption de la science publiée. Dans une citation largement diffusée, la Dre Marcia Angell, ancienne rédactrice en chef du NEJM, a  reconnu  qu ‘«il n’est tout simplement plus possible de croire une grande partie de la recherche clinique publiée, ni de s’appuyer sur le jugement de médecins de confiance ou Les directives médicales faisant autorité. »La Dre Angell a ajouté qu’elle« [n’a] pas pris de plaisir pour cette conclusion à laquelle elle est parvenue lentement et à contrecoeur »au cours de deux décennies au prestigieux journal.

De nombreuses études sur les vaccins illustrent de manière flagrante les biais et les  rapports sélectifs  qui produisent des descriptions asymétriques qui sont plus marketing que scientifiques. Dans les articles de formules que les revues médicales ne sont que trop heureuses de publier, la conclusion est presque toujours la même, quel que soit le vaccin: «Nous n’avons identifié aucun problème de sécurité nouveau ou imprévu.» Comme exemple de l’utilisation de techniques statistiques inappropriées exagérer les avantages de vaccins, une étude de vaccin contre la grippe a rapporté un « taux d’efficacité de 69% » , même si le vaccin a échoué « presque tous qui [l’a pris]. »Comme l’explique le Dr David Brownstein, les auteurs de l’étude ont utilisé une technique appelée analyse du risque relatif pour calculer leurs statistiques de 69%, car cela peut donner à un médicament ou à une thérapie peu performant une apparence meilleure que ce qu’elle est réellement. Cependant, la différence de risque absolu entre le groupe vaccin et le groupe placebo était de 2,27%, ce qui signifie que le vaccin «était inefficace à près de 98% pour prévenir la grippe».

 

Preuve de confiance?

En 2018, la Collaboration Cochrane, qui présente ses examens systématiques comme l’étalon-or international pour des preuves «fiables» de haute qualité, a permis de tirer des conclusions sur le vaccin contre le papillomavirus humain (HPV), qui indiquait clairement les préjugés de l’industrie. En mai de la même année, la revue extrêmement favorable de Cochrane a   déclaré de manière improbable que le vaccin ne présentait pas de risque accru d’effets indésirables graves et que les décès présumés observés dans les études sur le VPH «ne sont pas liés au vaccin». Cochrane affirme ne pas avoir de conflit d’intérêts, mais sa  liste de bailleurs de fonds comprend des organismes gouvernementaux nationaux et des organisations internationales réclamant des mandats de vaccination contre le VPH, ainsi que la Fondation Bill & Melinda Gates et la Fondation Robert Wood Johnson, deux fondateurs fervents de la vaccination contre le VPH. Le président de la Robert Wood Johnson Foundation est un ancien haut responsable du CDC qui a été directeur par intérim du CDC lors de la « fausse pandémie » de la grippe H1N1 en 2009, qui a permis à des fabricants de vaccins de réaliser des millions de bénéfices.

Deux mois après la publication de la revue HPV de Cochrane, des chercheurs affiliés au Nordic Cochrane Center (l’un des centres membres de Cochrane) ont publié une  critique exhaustive , affirmant que les réviseurs avaient fait un travail incomplet et avaient «ignoré d’importantes preuves de partialité». nombreux  faux pas méthodologiques et éthiques de la part des examinateurs Cochrane, y compris l’impossibilité de compter près de la moitié des essais de vaccins anti-VPH admissibles, une évaluation incomplète des événements indésirables graves et systémiques et l’omission de noter que nombre des études examinées étaient financées par l’industrie. Ils ont également reproché aux examinateurs Cochrane de ne pas avoir prêté attention aux principales lacunes de conception dans les essais cliniques initiaux, notamment l’absence d’utilisation de vrais placebos et l’utilisation de résultats de substitution pour le cancer du col utérin.

En réponse aux critiques, le rédacteur en chef de la bibliothèque Cochrane a d’abord indiqué qu’une équipe de rédacteurs enquêterait sur les allégations « de toute urgence ». Cependant, le conseil d’administration de Cochrane a rapidement expulsé l’un des auteurs de la critique, Peter Gøtzsche, médecin-chercheur danois, qui a contribué à la fondation de Cochrane et était à la tête du Centre nordique Cochrane. Gøtzsche a vivement critiqué le  » modèle commercial de plus en plus commercial  » de Cochrane , qui, selon lui, se traduit par une « résistance de plus en plus forte à dire tout ce qui pourrait nuire aux intérêts de l’industrie pharmaceutique ». Danemark, puis  limogé Gøtzsche. En réponse, le Dr Gøtzsche a déclaré: «Me mettre à la porte, c’est fâcheux: si les résultats de votre recherche sont gênants et causent des troubles publics  ou menacent les revenus de l’industrie pharmaceutique ,… vous serez renvoyé.» En mars 2019, Gøtzsche a  lancé  un institut indépendant. pour la liberté scientifique.

En 2019, le rédacteur en chef et rédacteur en chef de  BMJ Evidence Based Medicine – la revue qui publiait la critique de la critique biaisée de Cochrane – a défendu conjointement cette critique, affirmant qu’elle « avait suscité un débat sain et posé [d] des questions importantes, « Affirmant la valeur de publier des articles qui » obligent les organisations à rendre des comptes « . Ils ont ajouté que » la liberté académique signifie communiquer des idées, des faits et des critiques  sans être censuré, ciblé ou réprimandé « et exhortant les éditeurs à ne pas » reculer devant les critiques incommode. »

 

Le tsunami de la censure

Une autre tactique privilégiée consiste à exclure complètement les études critiques sur les vaccins des revues médicales, soit en refusant de les publier (même si les examinateurs en recommandent la publication), soit en créant des excuses pour extraire des articles après publication. Ces dernières années, un certain nombre de revues ont inventé de fausses excuses pour retirer ou rétracter des articles critiquant les ingrédients de vaccins risqués, même lorsqu’ils ont été écrits par des scientifiques de renom international. Pour ne citer que trois exemples:

  • Le journal  Vaccine a  retiré une étude mettant en cause la sécurité de l’  adjuvant à base d’aluminium utilisé dans Gardasil.
  • La revue  Science and Engineering Ethics a  retiré un article qui plaidait pour une plus grande transparence concernant le lien entre le  mercure et l’autisme .
  • Pharmacological Research a  retiré un article vétérinaire publié qui impliquait  des vaccins contenant de l’aluminium  dans une mystérieuse maladie décimant les moutons, citant les « préoccupations » d’un lecteur anonyme.

Elsevier, qui publie deux de ces revues, a déjà construit de  fausses revues  pour commercialiser les médicaments de Merck, tandis que Springer, qui publie la troisième revue, ainsi que des publications influentes telles que  Nature  et  Scientific American , s’est montré trop disposé à tolérer la  censure. demandes . Cependant, même ces formes de censure pourraient bientôt paraître étranges par rapport à la censure des informations critiques sur les vaccins qui est actuellement mise en œuvre sur  les médias sociaux  et d’  autres plateformes.. Cette campagne concertée visant à empêcher la diffusion d’un contenu de vaccin qui ne correspond pas à la ligne du parti rendra plus difficile que jamais les familles américaines à faire preuve de la diligence requise en ce qui concerne les risques et les avantages du vaccin.

Une conversation logique entre adultes sur les avantages et les inconvénients des vaccins n’est plus une option .

 

 

Medical Journals Suppressing Vaccine Studies

 

Témoignage: Guérie d’un cancer et d’une thyroïdite d’Hashimoto

 

 

Jeanne MUVIRA

Ma meilleure amie est décédée il y a peu d’un cancer du sein. Les chiffres disent que 1 femme sur 8 est susceptible d’avoir un cancer, et les taux sont aussi élevés pour les autres cancers. Mais le cancer reste un tabou. C’est la chasse gardée des professionnels de la santé.

Je suis pharmacienne et j’ai eu un cancer du sein, j’estime qu’il est nécessaire de mettre le débat sur la table et de casser les tabous, parce qu’il s’agit après tout de la vie de chacun de nous.

Qui ne connait pas une connaissance ou quelqu’un de la famille qui a eu un cancer? Ai-je raison? Ce n’est pas le but! J’ai juste envie de démystifier l’histoire pour permettre le débat dans nos familles, avec nos amis, au travail…

On ne peut pas continuer à traiter les symptômes du cancer sans s’attaquer aux causes.

 

Le même cancer, moi vivante, elle…morte !!!

 

Conférence Inédite sur les dangers du Stress & Burn Out.

 

 

https://www.youtube.com/user/JeanneMUVIRA/videos